Immo

Comment faut-il faire pour bien louer ses murs commerciaux ?

Louer ses murs commerciaux paraît simple, mais ce n’est pas le cas. Cette location exige l’élaboration d’un bail commercial. Il faudra également prendre quelques précautions pour bien louer le local commercial. Voici tout ce que vous devez savoir sur ce sujet.

Lire également : Loi Pinel Rennes : les quartiers à privilégier

Murs commerciaux : définition

Les murs commerciaux sont tout simplement le local commercial dans lequel est exploité un fonds de commerce. Ils représentent souvent le pied d’un bâtiment. Le propriétaire des murs commerciaux peut être l’exploitant du fonds de commerce, mais il a aussi la possibilité de louer le local, notamment s’il ne veut pas exercer une activité commerciale.

On peut confondre « murs commerciaux » et « fonds de commerce ». Les murs commerciaux constituent le local commercial. Un investisseur peut en acquérir pour faire un investissement locatif par la suite. Là, il faut trouver un locataire pour occuper et exploiter les murs commerciaux. Une personne qui fait l’acquisition d’un fonds de commerce n’a pas forcément le local commercial lors de cette transaction. Elle est alors locataire du local commercial. Dans « fonds de commerce », on a les éléments corporels et incorporels, les marchandises, les équipements et le matériel.

A lire en complément : Comment bien choisir son agence immobilière ?

Murs commerciaux occupés et libres

Quand on dit « murs commerciaux », ceux-ci peuvent être occupés ou libres. Les murs commerciaux sont dits occupés quand il y a un bail commercial et un fonds de commerce déjà en place. Dans le cas d’une vente de ces murs commerciaux, on prendra en considération la valeur du fonds de commerce et le propriétaire peut même demander le versement d’un pas-de-porte.

Les murs commerciaux sont dits libres quand il n’y a vraiment pas de fonds de commerce associé. La mise en location d’un local commercial en ile-de-france ne comprend donc aucun matériel. Le locataire devra alors créer son fonds de commerce et sa clientèle. Il peut également procéder à des travaux d’aménagement pour adapter le local à son activité.

À qui louer ses murs commerciaux ?

Pour avoir l’assurance de percevoir les loyers, le propriétaire des murs commerciaux ne peut pas se permettre de choisir son locataire au hasard. En effet, il faudra essayer de trouver des informations sur les moyens financiers du locataire.

Même si une personne avec un bon portefeuille se présente, vous ne pouvez pas envisager la mise en location d’une boutique, si elle ne compte pas en faire une utilisation commerciale ou artisanale. C’est d’ailleurs là la particularité de la mise en location d un local commercial à paris : le locataire doit l’utiliser dans un cadre commercial ou artisanal. Entre le propriétaire et le locataire de ces murs commerciaux sera alors signé un bail commercial.

Indiquer clairement la destination du bail commercial

Pour bien louer ses murs commerciaux, notamment pour éviter toute mauvaise interprétation et tout conflit avec le locataire, il faudra préciser la destination du bail commercial. Autrement dit, le propriétaire devra indiquer aux entreprises intéressées par la mise en location d’une boutique à paris l’exercice autorisé dans le local. Cette destination doit être mentionnée dans le bail commercial, mais il ne faut pas hésiter à l’indiquer à l’avance.

Pour que vos murs commerciaux ne restent pas sans locataire sur plusieurs mois, il serait judicieux de prévoir une destination large. Si c’est possible, autorisez l’exercice de toute activité.

Bien choisir la durée du bail

La mise en location d’un entrepôt devra se faire sur une durée de base de neuf ans. On a là une bien longue durée. Cependant, on peut prévoir des possibilités de résiliation triennale qu’il faudra mettre en noir sur blanc dans le contrat.

Par précaution, le propriétaire peut prévoir une durée plus courte. On parle dans ce cas d’un bail de courte durée ou d’un bail dérogatoire qui dure trois ans minimum. Pour le propriétaire, c’est peut-être un avantage, mais pour le locataire, c’est un inconvénient. En effet, si le propriétaire décide de mettre fin au bail après les trois ans, le locataire devra trouver un autre local pour son activité.

Les deux parties peuvent aussi fixer une durée plus longue que les neuf ans de base. Dans ce cas, il faudra bien être clair sur les clauses de résiliation et la révision des loyers.