Maison

Comment calculer la superficie d’une maison pour l’assurance ?

Le montant de l’assurance d’une maison est obtenu en tenant compte de plusieurs critères. Il s’agit par exemple de la nature de l’habitation, de son âge, mais aussi de sa superficie. Cette dernière doit d’ailleurs être calculée afin de déterminer le risque. Comment s’effectue alors le calcul de cette superficie ? Élément de réponses dans la suite de ce mini-guide.

Pourquoi calculer le nombre de pièces de sa maison ?

Avant de souscrire une assurance habitation, il est recommandé de calculer soi-même la superficie de sa maison. Il en est de même pour le nombre de pièces qu’elle contient. Les compagnies d’assurance s’intéressent en effet à ses données pour mieux déterminer le montant de vos cotisations. Vous devez donc faire le calcul et leur faire part de vos résultats.

Lire également : Comment entretenir un balcon en ville ?

Le montant à payer pour l’assurance dépend en partie de la superficie de la maison. Vous devez donc vous assurer de bien la calculer afin de ne pas augmenter vos mensualités par erreur. Pour cela, vous devez rigoureusement suivre la démarche pour le calcul.

Comment se fait le calcul du nombre de pièces de la maison ?

Le calcul de la superficie de la maison pour l’assurance est très simple. Il est en grande partie lié à celui du nombre de pièces qu’elle comporte. Pour ne pas se tromper, il y a quelques règles à suivre. D’abord, les pièces à prendre en compte dans le calcul doivent respecter certaines conditions. Il faut qu’elles aient une surface au sol d’au moins 9 m2.

A lire en complément : Comment bien choisir son matelas ?

Cette valeur peut varier selon les règles de la compagnie d’assurance. Certains assureurs prennent en compte les pièces dont la surface au sol est de plus de 6 ou 7 m2. Il existe aussi une taille maximale pour la superficie d’une pièce. Elle est de 30 ou 40 m2 selon les principes de l’assureur. Au-delà de cette limite, la pièce comptera pour 2.

En ce qui concerne les pièces à deux usages, seule l’utilité principale est prise en compte. Il faudra alors déterminer la surface au sol de cette partie. De plus, pour le calcul de la superficie et du nombre de pièces, vous ne devez compter que les pièces « à vivre ».

La cuisine, les couloirs, la terrasse, le balcon ne sont donc pas pris en compte de manière générale. En tenant compte de la loi Carrez, il faut aussi comptabiliser les pièces dont la hauteur sous plafond est supérieure ou égale à 1.80 m.

Quelles sont les surfaces à déclarer à son assureur pour le calcul du montant de l’assurance ?

La superficie utilisée pour le calcul de l’assurance habitation diffère en général de celle totale de la maison. Pour la déterminer, il faut en effet retirer l’espace occupé par les éléments non pris en compte dans les pièces « à vivre ». Il s’agit entre autres des murs, des escaliers, de la terrasse ou encore des cloisons.

Il en est de même pour les surfaces extérieures comme le balcon ou la véranda. Toutefois, si vous disposez d’un grenier, il faudra comptabiliser sa surface au sol. Ceci est valable même s’il n’a pas été aménagé comme une pièce « à vivre ».

Faut-il déclarer l’ajout d’une pièce à son assureur ?

Il peut arriver que les travaux d’aménagement à votre domicile conduisent à l’ajout d’une nouvelle pièce. Dans ce cas, vous êtes tenu d’informer votre compagnie d’assurance. En effet, avec une pièce en plus, le risque de la maison sera modifié auprès de l’assureur. Il en est de même pour le montant des mensualités à payer.

Les dépendances sont-elles prises en compte dans le calcul de l’assurance ?

Il faut d’abord souligner que les dépendances ne sont pas réellement soulignées dans le Code des Assurances. Il s’agit des espaces extérieurs reliés à la maison. C’est le cas d’un garage par exemple. Tout comme le reste de l’habitation, cette dépendance doit être assurée. Vous devez donc la déclarer auprès de votre assureur.

En somme, il faut retenir que calculer la superficie d’une maison pour l’assurance est très simple. Il faut utiliser la surface des pièces « à vivre » et de celles remplissant la condition de la loi Carrez. Les dépendances doivent également être comptabilisées.