Accueil » Article » Prévention du bruit dans l'environnement

Prévention du bruit dans l'environnement

RN1 Croix verte

Prévention du bruit dans l'environnement

Conformément aux dispositions du code de l’environnement, la CCOPF a réalisé un Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE). Soumis à la consultation du public du 15 février au 15 avril 2015, il a été adopté le 29 juin 2015 par le conseil communautaire. Ce plan vise à limiter les nuisances sonores, en réduire leur niveau et préserver des zones calmes au sein du territoire, indispensables au bien-être des habitants.

Pourquoi un plan de prévention du bruit ?

La CCOPF a élaboré en 2013 les cartes de bruit de son territoire. Ces cartes identifient les nuisances sonores liées aux infrastructures routières, ferroviaires, aéroportuaires et industrielles. Sur la base de ces cartes, un plan de prévention du bruit a été réalisé. Ce plan définit pour les 5 prochaines années, les actions à mener en matière de prévention du bruit. Il vise à limiter les nuisances sonores, en réduire leur niveau et préserver des zones calmes au sein du territoire, indispensables au bien-être des habitants.

Ce projet de PPBE contient :

  • un diagnostic acoustique du territoire
  • un bilan des actions réalisées depuis 2013 en faveur de l’environnement sonore et des propositions d’actions pour la période 2015-2018

Près d’1/3 des habitants de la CCOPF concernés par les nuisances

Les nuisances sonores constatées sont surtout manifestes autour des grands axes routiers (Francilienne, carrefour de la croix verte et RD301), et à proximité des couloirs aériens de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle. Près d’1/3 des habitants de la communauté de communes subissent ces nuisances. Au sein de leurs foyers, le niveau de bruit moyen perçu sur 24h est supérieur à 55 décibels. Pour 2% des habitants, ce bruit moyen constaté est même supérieur à 68 dB. En revanche, si l’on se réfère à l’indice sonore nocturne (22h-6h), moins de 0,5% des riverains subissent un dépassement de seuil (indice Ln > 62 dB(A)).Du fait de leur proximité avec les couloirs aériens, les habitants de Piscop et de Saint-Brice-sous-Forêt souffrent également du bruit généré par l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. Presque la totalité du territoire communal est touché par ces nuisances. Certains riverains sont également incommodés par le bruit qu’occasionne la Ligne H, mais cela reste très marginal.

Ces mesures doivent toutefois être interprétées avec précaution. Les cartes de bruit réalisées représentent l’ambiance sonore sur les différents secteurs du territoire. Elles ne mesurent pas le bruit réellement ressenti par les habitants mais donnent une évaluation globale des nuisances sonores estimées.

 

Repères: 

Les indices acoustiques

  • L’indice acoustique moyen : Lden
    Le Lden est un niveau de bruit moyen annuel perçu sur une journée de 24 heures. Il résulte d’un calcul pondérant les niveaux sonores selon les périodes de la journée (jour, soir, nuit). (Lden : « d » pour « day » : le jour, « e » pour « evening » : le soir, « n » pour « night » : la nuit).
     
  • L’indice acoustique nocturne Ln ou Lnight
    Il mesure le niveau sonore moyen annuel entre 22h et 6h.
    (Ln : « n » pour « night » : la nuit)
     
  • Le décibel pondéré A, symbolisé dB(A)
    C’est l’unité de mesure la plus utilisée pour évaluer le bruit dans l’environnement. De manière à restituer « la courbe de réponse » de l’oreille, on utilise une courbe de pondération, dite « courbe de pondération A ». On pourra ainsi définir un niveau sonore en dB(A) qui sera représentatif de la sensation auditive humaine.